1. Education

The Great "Par Contre" Debate

Is it ever ok to say par contre in French?

By

French grammarians and dictionaries have argued about par contre for hundreds of years. It all started with Voltaire's Conseils à un journaliste (1737):
  • La plupart des gens de lettres qui travaillent en Hollande, où se fait le plus grand commerce de livres, s'infectent d'une autre espèce de barbarie, qui vient du langage des marchands ; ils commencent à écrire par contre, pour au contraire.
Voltaire's criticism was embellished more than a century later in the Dictionnaire de la langue française, better known as Littré (1863-1872), setting the stage for the debate that continues even today:
  • Par contre est une locution dont plusieurs se servent, pour dire en compensation, en revanche : Si les artisans sont ordinairement pauvres, par contre ils se portent bien ; Si le vin est cher cette année, par contre il est bon. Cette locution, qui a été tout particulièrement critiquée par Voltaire et qui paraît provenir du langage commercial, peut se justifier grammaticalement, puisque la langue française admet, en certains cas, de doubles prépositions, de contre, d'après, etc. mais elle ne se justifie guère logiquement, par contre signifiant bien plutôt contrairement que en compensation, et devant provenir de quelque ellipse commerciale (par contre ayant été dit pour par contre-envoi) ; en tout cas, il convient de suivre l'avis de Voltaire et de ne transporter cette locution hors du langage commercial dans aucun style.
In Attendu que... (1943), André Gide offered perhaps the first rejoinder:
  • Je sais bien que Voltaire et Littré proscrivent cette locution; mais « en revanche » et « en compensation », formules de remplacement que Littré propose, ne me paraissent pas toujours convenables […] Trouveriez-vous décent qu'une femme vous dise : « Oui, mon frère et mon mari sont revenus saufs de la guerre; en revanche j'y ai perdu mes deux fils » ? ou « la moisson n'a pas été mauvaise, mais en compensation toutes les pommes de terre ont pourri » ? « Par contre » m'est nécessaire et, me pardonne Littré, je m'y tiens.
Albert Doppagne's Trois aspects du français contemporain (1966) is equally blunt:
  • le succès qu'ont réservé à par contre la plupart des écrivains du XXe siècle, le fait qu'il ne soit pas toujours remplaçable par les locutions par lesquelles on propose de le remplacer, légitiment tout à fait l'utilisation de cette locution.
Meanwhile, par contre had been included as a business term in the Académie française's 1835 and 1878 editions, then excluded in 1932, only to be re-added in 1988 along with a lukewarm comment:
  • Condamnée par Littré d'après une remarque de Voltaire, la locution adverbiale Par contre a été utilisée par d'excellents auteurs français, de Stendhal à Montherlant, en passant par Anatole France, Henri de Régnier, André Gide, Marcel Proust, Jean Giraudoux, Georges Duhamel, Georges Bernanos, Paul Morand, Antoine de Saint-Exupéry, etc. Elle ne peut donc être considérée comme fautive, mais l'usage s'est établi de la déconseiller, chaque fois que l'emploi d'un autre adverbe est possible. Ce n'est pas toujours le cas [comme] Gide remarquait [...]
Le Bon Usage (13e édition, 2004) is more enthusiastic:
  • Par contre, qui n'est pas récent [...], est entré dans l'usage général, même le plus exigeant, au cours du XIXe s., malgré la résistance des puristes. [...] Nous pourrions citer plus d'une centaine d'auteurs, notamment environ quarante membres de l'Acad. fr. [...] Les puristes recommendant d'user d'en compensation ou d'en revanche, lesquels ne conviennent pas toujours, comme Gide le fait remarquer [...]
And Le Grand Robert (CD-ROM v2.0, 2005) agrees:
  • Par contre a été condamné par certains pédagogues puristes; cependant il n'est pas toujours remplaçable. Il introduit un avantage ou un inconvénient, alors que en compensation et en revanche n'introduisent qu'un avantage. Si on peut les employer dans la phrase « S'il n'a pas de cœur, par contre il est intelligent », il est impossible de les substituer à par contre dans celle-ci : « S'il est intelligent, par contre il n'a pas de cœur ». Mais n'insiste pas assez sur l'opposition. Au contraire marque une opposition trop précise.
Purists may continue to disagree, but in my opinion, Hanse-Blampain's Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne (2005) offers the best analysis and the final word on the subject:
  • Par contre, qui exprime une opposition de façon plus nuancée que mais, est entré depuis très longtemps dans le meilleur usage, malgré Voltaire et les puristes, et est d'ailleurs utile et même parfois nécessaire. On le définit mal en le donnant comme synonyme de «en compensation, en revanche», qui expriment aussi une opposition. En compensation, comme en contrepartie, doit introduire un avantage. En revanche doit aussi logiquement avoir toujours ce sens, lié à celui de revanche; mais on le substitue parfois à par contre, qu'on n'ose employer: Il joue fort bien du violon; en revanche c'est un piètre chef d'orchestre (GLLF). Il faudrait dire par contre, qui est plus neutre et (c'est capital) introduit un avantage ou un inconvénient opposé à ce qui précède: Il est un peu paresseux, par contre il est honnête ou Il est assurément honnête, par contre il est trop naïf. Lorsque par contre introduit l'énoncé d'une perte, d'un inconvénient, il ne peut être remplacé par en compensation et il ne devrait pas l'être par en revanche. André Gide l'a fort bien montré, il y a longtemps déjà [...]
 
Care to comment? Post your thoughts on the great par contre debate on my French blog - just hit "comments" at the bottom of the post.


More
  1. About.com
  2. Education
  3. French Language
  4. French Vocabulary
  5. French Expressions
  6. Expression of the Week
  7. The Great "Par Contre" Debate - Is it ever ok to say par contre in French?

©2014 About.com. All rights reserved.