1. Education

Les Galeries Lafayette
French Listening Comprehension
Transcript

Transcript of the report on les Galeries Lafayette, which you can read before, while, or after listening to the audio file.

Direction le boulevard Haussmann à Paris où se trouvent, juste derrière l'Opéra, les célèbres Galeries Lafayette,* bâtiment gigantesque fréquenté chaque jour par plus de quatre-vingt mille personnes. Rien que pour son architecture, le magasin vaut le détour.
Le majestueux escalier et la coupole de type néo-byzantin sont l'oeuvre de l'architecte Ferdinand Chanut qui a conçu le grand magasin comme un bazar oriental, le fouillis des marchandises et des rayons devant faire tourner la tête aux clientes.
Philippe Houzé, co-président du directoire du groupe Galeries Lafayette – qui gère également le Bazar de l'Hôtel de Ville (le BHV) et la chaîne des Monoprix – est donc à la tête du plus grand magasin de France, magasin qui est le symbole de l'élégance et du bon goût français.
Philippe Houzé : C'est une chance et à la fois un grand défi, parce que c'est une histoire qui est aujourd'hui pour les Galeries plus que centenaire, pour Monoprix soixante-dix ans déjà ; Monoprix plutôt les produits du quotidien, mais toujours avec cette vocation de qualité et ce que j'appelle aussi avec un rapport plaisir-prix supérieur. Et pour les Galeries Lafayette, cette volonté de démocratiser la mode, c'est-à-dire de rendre accessible au plus grand nombre la mode des créateurs, des couturiers, des grandes marques nationales et internationales. C'est fou, c'est fabuleux, parce que, comme disait Cocteau* : « La mode, c'est ce qui se démode ». Donc, tous les jours, c'est un nouveau défi que nous avons à relever.
Les Galeries Lafayette, c'est avant tout l'histoire d'une famille qui a décidé de s'implanter dans le neuvième arrondissement de Paris. Philippe Houzé nous explique l'origine du nom du magasin.
L'arrière-grand-père de mon épouse, Théophile Bader, qui a créé les Galeries Lafayette avec son cousin Alphonse Kahn en 1895, avait choisi le coin de la rue de Lafayette et de la rue de la Chaussée-d'Antin pour y installer une petite boutique qu'on appelait à l'époque de colifichets. Colifichets, ce sont les accessoires de mode. On commençait, à l'époque on vendait beaucoup de dentelles, et il a commencé par les dentelles ; il est allé ensuite vers les robes. Il prenait beaucoup de risques.
C'était un grand entrepreneur et il avait ce sens, et c'est lui qui a créé chez nous ce sens de la démocratisation des modes. Il allait par exemple le dimanche aux courses avec que qu'on appellerait aujourd'hui des stylistes qui croquaient les tenues de ces dames élégantes, qui, la nuit, dans ses ateliers de la rue de Provence et de la rue Taitbout, étaient confectionnées pour le lundi matin sortir dans les vitrines à des prix accessibles aux midinettes.
Les midinettes étant ces femmes qui travaillaient dans le quartier et qui venaient, et qui déjeunaient d'une dînette à l'heure de midi en venant regarder tout ce qui se faisait de mode dans le quartier. Et alors qu'il a été le dernier à ouvrir un grand magasin, puisque ses ancêtres, le premier, le Bon Marché, 1850 ; la Samaritaine, 1860 ; le Printemps, [18]70. On dit aujourd'hui : le plus jeune des grands magasins. C'était en fait le dernier ouvert. Il a été le plus innovant, le plus mode, le plus entreprenant et, ben, on essaye, nous, modestement, au quotidien, de poursuivre son projet ; on dirait aujourd'hui sa mission d'entreprise.
Théophile Bader est donc en quelque sorte à l'origine de ce que l'on appelle depuis longtemps le prêt-à-porter. Mais dans les années [19]60, les usines de fabrication des produits Galeries Lafayette ont été fermées avec l'arrivée dans le magasin des articles créés par les grands de la mode.
On a perdu un peu cet esprit, parce que la grande masse du prêt-à-porter, des produits étrangers d'importation, et cetera, nous ont fait perdre un peu cette notion que nous sommes en train de redécouvrir aux Galeries avec la présence des créateurs, avec notre volonté sous la griffe Galeries Lafayette de redémocratiser cette mode et de présenter de façon accessible sur le plan des prix, des produits sympas, pas chers et renouvelables.
Les Parisiens, les provinciaux et les touristes du monde entier continuent à se diriger vers le grand magasin du boulevard Haussmann pour y faire leurs courses, car, comme le rappelle la publicité : « A tout instant, il se passe quelque chose aux Galeries Lafayette ».

*Additional information can be found in the study guide.
 

Les Galeries Lafayette
French Listening Comprehension Exercise
Listen   Study   Test
Transcript          Translation
Sound files and transcript were originally published in
Champs-Élysées audiomagazine (read my review)
and were published here with the permission of Champs-Elysées, Inc.
Listening Index     French Dictionaries

  

The free, twice-weekly About French newsletter keeps you informed about changes to this site, including new lessons, articles, and forum discussions. Subscribe today!

Subscribe to the Newsletter
Name
Email

 

Discuss in my forum

©2014 About.com. All rights reserved.